Atlas des paysages
du Loir-et-Cher
CAUE 41      Plan du site | Imprimer la page | Recherche | Lexique | Contact

Accueil » Unités de paysage » 21/ Les coteaux du Cher » Analyse critique

Analyse critique


Carte d'analyse critique     Légende de la carte d'analyse critique
Fichier joint : carte_enjeux_up21.pdf

Protection/préservation

Remarquable site bâti de Châteauvieux, perché sur le coteau du ruisseau de Seigy
-    Le site bâti de Châteauvieux : préservation du patrimoine bâti, du front urbain installé sur le coteau et de l'habitat troglodytique en pied de falaise, poursuite de la valorisation du fond de vallée par des espaces publics sur les berges des ruisseaux de la Place et de la Chapinière, préservation et valorisation des jardins et espaces cultivés imbriqués dans le tissu urbain, reconnaissance et préservation des espaces agricoles offrant un recul valorisant sur le village

Patrimoine de pays associé à la viticulture, coteaux sud de Saint-Georges-sur-Cher
-    Le patrimoine bâti : repérage, identification et préservation dans les documents d'urbanisme, mise en valeur du patrimoine construit de pays, soutien à l'entretien et à la réhabilitation

Cave troglodytique restaurée en tuffeau en 2005 et habillée par trois rangs de vigne, Châteauvieux
-    Les sites troglodytiques : choix précis de l’implantation des nouvelles constructions dans le respect des caractéristiques paysagères, urbaines et architecturales spécifiques au site : implantations perpendiculaire à la falaise, d’un seul côté de la route, préservation des jardins de l’autre côté de la route

problème de continuités urbaines sur les sommets de coteaux, La Chaise, Saint-Georges-sur-Cher
-    Les coupures d'urbanisation : maintien d'espaces de respiration entre les villages, arrêt de l'urbanisation linéaire


-    Les coteaux non urbanisés : préservation d'espaces non bâtis stratégiques, choix maîtrisé et soigneux des nouveaux sites d'implantation, mise en place d'opérations de construction alternative à l'habitat diffus


Structures végétales fragiles, sud de Saint-Aignan
-    Les structures végétales agricoles : encouragement au maintien des prairies et zones humides, repérage, identification et préservation des haies dans les documents d'urbanisme, soutien à l'entretien et à la plantation de haies ou d’arbres isolés adaptés au caractère des vallées (essences de sols frais, humides, ou gorgés d’eau à proximité du Cher, essences de milieux secs ou calcaires sur les coteaux par exemple)


-    Les lisières boisées : maintien de structures végétales en transition entre espace boisé et espace cultivé, de bandes enherbées et de prairies

Valorisation/création

Limite d’urbanisation (positionnement, architecture et plantation) banalisant le paysage des coteaux     Entrée de Pernas, fragilisés par des bâtiments d’exploitation très visibles, en l’absence de plantations
-    Les limites d'urbanisation : Aménagement et plantation d'arbres en entrée et sortie des aires urbanisées, création et entretien des jardins en pied de villages, création de lisières urbaines plantées entre les habitations et l'espace agricole, mise en place de circulations douces reliant les villages aux bords du Cher (chemins de promenade existants), plantations d'essences végétales locales dominantes, en évitant les essences exotiques à caractère excessivement décoratifs et banals telles le thuya

-    Les traversées des villages  et les espaces publics : requalification des traversées de villages au bénéfice du piéton, réduction des largeurs de chaussées, plantations d'essences locales dominantes, aménagements privilégiant la simplicité et favorisant la souplesse des usages


Espace agricole en voie de simplification, avec abandon et disparition des haies bocagères, la Chaillou, Châteauvieux
-    L’espace agricole simplifié : enrichissement écologique et paysager par replantation de structures végétales adaptées aux besoins agricoles contemporains

-    Les coteaux urbanisés des ruisseaux affluents du Cher (Seigy, Merderon, Sennelles, Angé…) : arrêt de l’urbanisation linéaire remontant le long de la vallée depuis les centres urbains principaux (Saint-Georges-sur-Cher, Faverolles, Angé…), maintien d’une distance inconstructible en rebord haut de coteau, préservation des ouvertures vers la vallée et des vues sur le lointain


Berges du ruisseau des Blottières, aménagées en promenade publique, Châteauvieux
-    Les bords de l’eau : préservation et gestion des ripisylves et des espaces ouverts, création de circulations douces entre les villages au creux des vallées ou à travers les vignobles, maîtrise qualitative de l'accueil du public

Haut de page

Agence Folléa-Gautier, paysagistes-urbanistes
Ne pas reproduire sans autorisation
FEDER Centre   L´Europe en région Centre  DREAL