Atlas des paysages
du Loir-et-Cher
CAUE 41      Plan du site | Imprimer la page | Recherche | Lexique | Contact

Accueil » Unités de paysage » 2/ Le Perche Vendômois » Description

Description


Un territoire de transition entre Perche et Loir

Entre grandes cultures et haies bocagères, quelques fermes isolées profitent d’un appui boisé pour s’installer, Les Jaunets, commune de Motteux

Massive ferme isolée au caractère percheron affirmé, Les jaunets, Commune de Motteux     Habitat troglodytique auprès des coteaux de la Boële, à Lunay, rappelant celui de la vallée du Loir toute proche

Le Perche Vendômois entretient une situation intermédiaire entre Perche Gouët et vallée du Loir : ses paysages de transition douce ne montrent pas de rupture franche avec les paysages voisins, mais glissent plutôt entre caractères hérités du Perche et proximité des falaises du Loir.
Ces influences se ressentent dans l'urbanisme ou l'architecture, - qui empruntent tantôt à la vallée du Loir, tantôt aux volumes percherons -, mais aussi dans l'occupation du territoire, qui oscille entre bocage minutieusement entretenu et grandes cultures à perte de vue. Cependant, le Perche Vendômois possède sa personnalité propre, riche d'une diversité et d'une subtilité fragiles qu'il est important d'identifier avec soin.

Un territoire orienté vers le Loir par de profonds vallons

Les berges du Boulon aménagées pour la promenade, Danzé     Naissance du vallon du Boulon, au nord d’Azé

La morphologie particulière du Perche Vendômois contribue largement à la personnalité de ses paysages : son relief en plateau, prolongeant les plates étendues de la Beauce par-delà le Loir en rive droite, est nettement entaillé par de nombreux affluents qui creusent les argiles et les calcaires tendres pour rejoindre rapidement le Loir. Ces deux aspects contrastés du territoire provoquent un basculement permanent et rapide entre situations ouvertes de plateau et milieux humides et ombragés de vallons. Ainsi, l'Egvonne, le Gratte Loup et le Boulon suscitent une complexité insoupçonnée depuis les replats de Rahart, de Motteux (Danzé), de Boissay (Azé) ou de la Poulinière (Savigny-sur-Braye). Ces vallées s'orientent globalement selon deux directions principales :
-    une direction nord-est/sud-ouest, qui correspond à l'affluent principal du Loir dans le Perche Vendômois. Le Boulon prend sa source près de Romilly, dans le Perche Gouët et s'écoule jusqu'au lieu-dit du Gué du Loir, à Thoré-la-Rochette ;
-    une direction nord-ouest/sud-est, partagée par l'ensemble des autres cours d'eau, quasiment parallèles entre eux, la Gouffrande, le Grand Ri, La Boële et le Gratte Loup se jetant directement dans le Loir tandis qu'un chevelu de petits rus accompagne la Bourboule pour transiter par le Boulon avant de rejoindre le Loir.
Au creux de ces vallons, des paysages intimistes se découvrent, marqués par une agriculture occupant les fonds plats. Leur complexité est d'autant plus riche qu'ils proposent à la fois des milieux humides et des milieux secs, des abris boisés, des fonds plats pâturés et des coteaux habités.

Des forêts qui occupent de vastes surfaces

Chemin forestier privé en Forêt de Fréteval

Lisière de la Forêt de Vendôme depuis la Champenazerie, Vendôme     Lisière forestière du Bois de la Buronnière, en surplomb du vallon du Gratte Loup, Busloup

Les boisements occupent de façon sensible le Perche Vendômois. En grandes masses forestières et en petits bois épars, sur les étendues aplanies des plateaux et sur les versants abrupts des vallons, leur diversité contribue à la richesse des paysages du Perche Vendômois. Les horizons et les moutonnements des vallées sont souvent annoncés par d’élégantes lisières arborées.

A la différence du Perche Gouët, les forêts s’étendent volontiers en massifs importants ; celles de Fréteval et de Vendôme couvrent à elles seules près d’un septième du territoire. La Forêt communale de Vendôme, à proximité immédiate de la ville, constitue un vaste et précieux espace de nature largement investi par les Vendômois pour leurs loisirs.
Les reliefs abrupts des vallées sont plus facilement occupés par la forêt que gérés par l’agriculture : sur les coteaux de la Gouffrande, du Grand Ri, de la Boële ou du Ruisseau de Fargot, ainsi que ceux de la Gravelle, en direction de la Braye, à l’ouest. Ils cadrent élégamment les bas de pentes et les fonds occupés par les espaces cultivés et les villages.

Cependant, les espaces agricoles proches des lisières manquent souvent de complexité : les haies et les pâtures disparaissent, nuisant à la qualité paysagère et écologique de ces espaces de transition entre milieux ouverts et milieux forestiers.

Un paysage agricole à deux visages

Vallée du Gratte Loup, où persistent l’élevage et ses paysages de pâtures et de haies associés     Magnifiques arbres issus de l’ancienne trame bocagère, à proximité de la Forêt de Vendôme, Azé

Le « plateau vendômois » offre de vastes étendues ouvertes où règnent en maîtres les grandes cultures. Originellement, ce territoire était lié au Perche Gouët, marqué par la polyculture-élevage et tramée de bocage. L’intensification de la production agricole n’a laissé derrière elle que peu de haies, reliquats en sursis d’un paysage qui a évolué en se simplifiant.
Tout à l’inverse, les vallées et vallons ont conservé une belle part de bocage. Les paysages complexes et riches y contrastent fortement avec ceux des plateaux ouverts, offrant des ambiances plus fraîches et plus verdoyantes. Ils sont soumis néanmoins à une pression forte de transformation agricole, qui s’ajoute à la pression du développement de l’urbanisation, à proche distance de Vendôme : ainsi observe-t-on les vallées se simplifier peu à peu à leur tour en passant des prairies aux cultures, et les rivières se transformer parfois en exutoires de drainage.

Des villages rassemblés près des cours d'eau

Village de La Ville-aux-Clercs, installé sur les coteaux du Gratte Loup     Centre-village de Fortan, sur les coteaux de la Bourboule

Contrairement au Perche Gouët, qui offre des conditions d’implantation humaine favorables au dispersement, le Perche Vendômois, caractérisé par une partition plateau/vallée, montre une urbanisation globalement plus groupée. Les villages traditionnels, accrochés aux coteaux, s’abstiennent d’empiéter sur les terres labourables ou inondables et se logent contre les flancs des vallées. Profitant parfois d’un léger rehaut de la plaine, ils s’étendent légèrement sans se risquer à descendre trop près des berges, consacrées à l’élevage ou soigneusement jardinées. Cette forme d’urbanisme rappelle assez celle de la vallée du Loir, qui se groupe et s’allonge au pied des falaises.
L’architecture traditionnelle, elle aussi, fait écho à celle des bords du Loir en employant davantage le calcaire que le pans de bois et torchis. Quelques fermes isolées, bien abritées auprès d’un bois ou placées sur un affleurement rocheux (mis à profit pour la construction), se sont développées sur le plateau. Ces  bâtiments d’exploitations, relativement similaires à ceux du Perche Gouët dans leurs formes et leurs matériaux, sont souvent de taille plus restreintes et ne sont plus que rarement accompagnés des vergers, potagers et jardins qui constituaient leur précieux écrin.

Des extensions bâties soumises à l'influence de Vendôme

Extensions urbaines de Busloup, éparpillées sur les coteaux du Gratte Loup.     Confrontation urbaines et architecturale entre des extensions de qualité médiocre banalisant les paysages fragiles de la vallée, à gauche, et un habitat de type troglodytique intégré au coteau, à droite, Lunay

Logement neuf en entrée de village, en complète contradiction avec les caractéristiques locales (volumes bâtis, matériaux, clôtures, jardins…), Lunay

De manière générale, l’évolution urbaine des villages du Perche Vendômois est soumise à la pression de Vendôme, toute proche. Placées en dehors des limites physiques des villages groupés, elles s’accompagnent rarement de plantations et ne favorisent pas les transitions douces entre l’espace bâti et l’espace agricole. De plus, elles viennent souvent en contradiction avec les sites bâtis initiaux fragiles. Face aux sites troglodytiques bien serrés contre les falaises et placés à bonne distance de la route, les nouvelles constructions peuvent, par leur manque de discrétion et de recul, engendrer des couloirs bâtis déconnectés des paysages qu’elles occupent. De même les villages de coteaux apparaissent souvent noyés dans la masse des petites maisons qui occupent indifféremment pentes, piémonts et fonds plats pour s’étendre.

Des routes en moindre dialogue avec le paysage

La RD9 traversant le plateau Vendômois en diagonale, entre Savigny-sur-Braye et Montoire-sur-le-Loir au niveau des Trois Bornes
Les routes du Perche Vendômois suivent volontiers les secteurs en plateaux. Plus droites que dans le Perche Gouët, elles sont aussi plus monotones. Les RD9 et RD 5 en sont l’illustration, accompagnées de petits boqueteaux et ouvertes sur les vastes espaces des grandes cultures.

Danzé traversé par la RD 157     La RD 157 constituant une rupture au sein du village de Danzé, vue depuis la sortie est du village

Quelques routes, telles la RN157 ou la RD 957, ont été recalibrées pour accueillir un trafic routier important. Elles traversent parfois des villages en constituant des coupures brutales au sein du tissu bâti. De nombreux poids lourds circulent au quotidien sur la RN 157, qui a été pour cette raison déviée à Epuisay, mais qui demeurent gênants au cœur de Danzé. 

Haut de page

Agence Folléa-Gautier, paysagistes-urbanistes
Ne pas reproduire sans autorisation
FEDER Centre   L´Europe en région Centre  DREAL